Qu’est-ce qu’une école Montessori ?

 L’intérêt d’une telle école est d’apporter à l’enfant un environnement
favorable
, adapté à ses besoins fondamentaux, dans le but de lui donner le goût d’apprendre, de développer son sens de l’effort et son autonomie.

Maria Montessori a consacré sa vie à l’étude de l’amélioration du potentiel humain en étudiant le développement naturel, physique et psychique de l’enfant à tous les stades de sa vie. Ses observations, recherches et travaux ont abouti à l’élaboration de sa méthode d’apprentissage.

 

 

 

L'enfant de 3 à 6 ans

 


                                                   

« L'enfant a en lui une impulsion naturelle irrésistible : la tendance à croître. »

 

L’esprit absorbant

L'enfant absorbe naturellement , progressivement, tout ce qui l'entoure . Ces expériences suscitent en lui des impressions, des sensations qu'il va classifier et organiser en perceptions. Ces expériences sont le fondement de la maturation psychique. C'est cette interaction permanente entre la vie physique et la vie psychique qui permet à l'enfant d'assimiler ses expériences et de se construire en les intégrant. C'est cela que la doctoresse a appelé l'esprit absorbant, cette extraordinaire capacité de l’enfant de la naissance à 6 ans, à s’imprégner du monde qui l’entoure, à s’y adapter et à le faire sien.

 

Les périodes sensibles

Le fruit des recherches de Maria Montessori a démontré qu'il existe chez les enfants des périodes dites « sensibles » pendant lesquelles les enfants présentent une sensibilité, un intérêt et un enthousiasme accrus, des aptitudes d'ordre psychique et une fascination intense pour un élément du monde extérieur (ordre, petits objets, langage, mouvement...) qui disparaissent avec le temps. Lorsque l'enfant est libre d'exercer ses facultés selon son « présent sensitif » il grandit et se fortifie en travaillant avec joie, aisance et efficacité. Cependant, lorsque la période sensible est passé, l’opportunité d’une conquète naturelle n’est plus possible, il devient alors plus laborieux pour l'enfant d'acquérir les mêmes connaissances ou compétences..

 

Un environnement préparé

La pédagogie scientifique de Maria Montessori consiste à créer un environnement soigneusement préparé et à proposer un matériel attractif, riche et varié propre à favoriser la croissance harmonieuse de l'enfant.

Pour se développer et s'épanouir, l'enfant a besoin d'un milieu approprié où il puisse être actif et se sentir libre, un milieu qui corresponde à ses besoins et le révèle, un milieu où à chaque étape il trouve les moyens nécessaires à son développement. C'est ce milieu que lui offre une classe Montessori.

L’environnement doit être calme, plaisant, stimulant et ordonné car l’ordre sécurise l’enfant.

La classe 3/6 ans, est organisée en plusieurs espaces : vie pratique, vie sensorielle, mathématiques, langage et culture.

Le mobilier est adapté à la taille et à la force de l’enfant, le matériel est disposé sur de petites étagères de manière ordonnée et invite l’enfant au travail. Tout est mis en oeuvre pour stimuler l’intérêt de l’enfant et favoriser son autonomie.

 

L’éducateur Montessori

Etre pédagogue Montessori implique de faire un travail sur soi, d’acquérir humilité et ouverture d’esprit, indispensables pour découvrir le caractère unique de chaque enfant.

« Servir l’enfant, c’est servir la vie » Maria Montessori

L’attitude du pédagogue est bienveillante, claire et ferme quand cela est nécessaire afin de garantir la sécurité et une ambiance propice à la concentration. Il veille à poser le cadre structuré et sécurisant dont les enfants ont besoin pour se construire et vivre ensemble.

Puisque l’environnement affecte directement l’enfant, l’une des taches majeures de l’éducateur est de le préparer et l’entretenir avec grand soin. Au besoin, il élabore du matériel pour l’enfant.

Pour l’éducateur montessorien, l’observation est à la fois un guide quotidien, un outil d’évaluation et une ressource. Cela lui permet de seconder l’enfant de son mieux car son développement psychophysiologique s'accomplit par étapes successives, et à chacune d'elles le jeune être a besoin de l'aide éclairée de l'adulte.

Le pédagogue présente à l’enfant le matériel correspondant à son stade de développement et à l’intérêt du moment le plus souvent lors d’une présentation individuelle. Quand cela est nécessaire, il accompagne et encourage l’enfant dans ses efforts.

Le but de l'éducateur est de « favoriser le développement de la personnalité en aiguillant l'effort ». L'effort est nécessaire au progrès mais mal dirigé, il produit fatigue et ennui, voir révolte. Bien dirigé, il aboutit à l'épanouissement. Le matériel doit servir à provoquer l'effort et à détacher l'enfant de l'adulte.

« Toute aide inutile est une entrave au développement de l’enfant » nous dit la doctoresse.

Peu à peu l'enfant ayant acquis l'habitude de l'effort et de la concentration se détache du matériel et devient plus indépendant de l’adulte. « Le progrès est un détachement » dit la doctoresse.

 

Le matériel didactique

Le matériel didactique joue donc, dans le milieu montessorien, un rôle de première importance.

 

« Scientifiquement élaboré, il présente les faits et les rapports entre les choses d'une manière si attrayante et si claire que l'enfant en tire une nourriture intellectuelle et spirituelle qui le vivifie......C'est le matériel qui devient le maître, il absorbe la fonction enseignante. Le rôle du maître consiste dès lors à mettre en rapport l'enfant avec le matériel, à servir de trait d'union entre eux.

Il n'a même pas à corriger les erreurs, par ce que le contrôle de l'erreur est inclus dans le matériel même. Le maître doit intervenir lorsque c'est nécessaire et seulement lorsque c'est nécessaire, pour aider l'enfant à se servir du matériel.......Les progrès que celui-ci réalise alors dans la conquête de la culture sont stupéfiants...Comme son activité provient d'une source inépuisable qui est celle de la croissance, sa puissance de travail semble illimitée. »

Dans une classe Montessori 3 / 6 ans, l'accent est mis sur l’aspect sensoriel et pratique des apprentissages. De cette manière, l’enfant apprend avec tout son esprit et tout son corps, développant ses capacités de concentration, de « présence à soi », sa dextérité, sa motricité…

Il « absorbe » et intègre ainsi dans son corps et dans sa tête, de solides bases de connaissances qui ne le quitteront plus.

 

Liberté et discipline

La liberté montessorienne n'est pas licence, elle signifie indépendance. La méthode Montessori donne la liberté à l'enfant en l'aidant à devenir indépendant, par l'éducation musculaire, sensorielle, intellectuelle et sociale.

La liberté ne s’entend que dans un cadre très précis, un environnement que les parents, l’éducateur, ont la charge d’organiser pour permettre à l’enfant de s’épanouir. Elle conduit au développement harmonieux de la personnalité de l'enfant qui ainsi préparé, devient à même de guider ses propres actions et de diriger sa volonté.

Elle élabore donc une discipline de travail qui favorise la libre activité et l'effort conscient.

Par l'éducation motrice, elle rend l'enfant conscient de ses membres et maître de ses mouvements.

Par l'éducation sensorielle, elle le rend conscient du milieu ambiant et lui apprend différences et similitudes.


Par l'éducation intellectuelle pratiquée de façon que tout effort mental soit accompagné d'une activité musculaire, elle le rend conscient de sa constitution psychophysique et l'habitue à faire de son corps l'instrument de l'esprit. D'où la nécessité du matériel didactique qui stimule l'activité de l'enfant, et l'importance de l'attitude discrète du maître. Pour favoriser ou provoquer l'activité spontanée, la méthode Montessori offre à l'enfant des « motifs d'activité » qui exigent toujours un effort mental et un effort musculaire spontanés. Car le corps n'est pas seulement l'instrument de l'esprit, il en est aussi l'appui et le substrat.

« La main est l'outil de l'intelligence » atteste la doctoresse.


La liberté que Maria Montessori réclame pour l'enfant, liberté d'agir sous l'impulsion de forces intérieures, est donc la condition nécessaire pour aboutir à ce qui est le but de l'éducation : le plein développement d'une personnalité consciente et responsable.

 

Pour Maria Montessori le maître mot est « apprends-moi à faire seul ! »

 

     

Le rôle des parents

Le contact entre la maison et l’école est extrêmement important. La sortie des classes n’étant pas un moment favorable aux échanges de qualité entre l’éducatrice et la famille, des rendez-vous individuels sont programmés selon les besoins.

Un livret de suivi, élaboré soigneusement par le pédagogue, est à la disposition des parents qui sont également invités à venir observer un temps de classe pour mieux en saisir le fonctionnement.

Pour soutenir au mieux leur enfant, les parents doivent nécessairement se familiariser avec la pédagogie Montessori. L’enfant doit sentir que ses parents et l’équipe éducative suivent la même ligne de conduite et collaborent pour son bien.

Pour facilter cela, l’école met à la disposition des parents, une petite bibliothèque proposant divers ouvrages sur la pédagogie Montessori et la parentalité. Elle offre par ailleurs des occasions multiples de se rencontrer pour partager découvertes et questionnements  (formations, ateliers de parents, réunions d’information et de convivialité ...)

 

« Si nous voulons aider la vie, la première condition est en effet de connaître les lois qui la gouvernent »

 

La Maison des Enfants est une école associative au sein de laquelle les parents ont une part active à jouer dans la vie et le fonctionnement, tant au niveau des activités proposées aux enfants que dans les taches pratiques.

Ils souhaitent offrir à leurs enfants une scolarité de qualité et constituent une ressource inestimable pour l’école.

 

 

 

 

 

 

 

L'enfant de 6 à 12 ans

 

 

La capacité d’imagination est le grand potentiel de l’enfant de 6 à 12 ans qui étudie le monde entier avec une curiosité presque sans limites. A cette période, il va enrichir considérablement sa culture générale. Il est essentiel qu’il comprenne les relations entre les objets, la nature, les animaux et les hommes.

Maria Montessori soulignait l’importance de saisir l’ensemble dont nous sommes une partie intégrante. L’enfant est maintenant capable de saisir les causes et les effets et souhaite faire de nombreuses expériences pour comprendre le pourquoi des choses.

 

 

Un environnement préparé

La recherche personnelle de l’enfant est la première chose à prendre en compte. Une bibliothèque où l’on trouve de beaux livres est naturellement stimulante. Le matériel contribue au désir d’apprendre…

L’enseignant prépare avec soin un environnement adapté à l’âge et à la curiosité de ses élèves, proposant un matériel riche et varié, des activités attrayantes et stimulantes, éveillant leur intérêt pour les différentes matières scolaires, allumant la flamme de la connaissance.

L’enseignant veille à maintenir l’ordre dans le matériel, le déroulement des activités et les routines. Il est garant de l’ambiance, il fixe le cadre au sein duquel les enfants évoluent librement et laisse aux enfants le temps dont ils ont besoin pour travailler en veillant à ne pas intérompre une activité constructive.

Chaque matériel comporte un but direct et un but indirect. Le but direct est la connaissance que l’enfant acquiert en manipulant le matériel concret. Le but indirect prépare à une connaissance ou compétence que l’enfant va assimiler plus tard. Le matériel didactique soutient le développement de l’enfant qui lorsqu’il se sent prêt, l’abandonne pour atteindre l’abstraction, la maîtrise d’une connaissance.

L’élève a également à sa disposition de nombreux petits fascicules et des fiches d’exercices autocorrectifs, généralement élaborés par l’enseignant, lui permettant d’approfondir et de fixer ses connaissances, de conserver des traces écrites de ses productions et de prendre conscience de ses progrès.

L’enfant a toujours un grand besoin de mouvement. Dans une classe Montessori, l’élève se déplace pour aller chercher et ranger son matériel sur l’étagère, il peut s’installer à une table ou sur un tapis et se déplacer librement dans la classe en veillant à ne pas déranger la concentration de ses camarades. Le matériel permet la manipulation et ce mouvement en relation avec le sujet d’étude contribue au développement du cerveau.

L’enfant de 6 à 12 ans est capable de réaliser de grands exploits et d’y mettre une énergie incroyable. Le mélange des âges permet une saine émulation et une entraide. A cet âge, l’enfant aime partager, préfèrant le plus souvent travailler en groupe plutôt que seul.

 

 

Le sens moral

L’enfant de 6 à 12 ans est très engagé dans les questions morales. Il devient de plus en plus indépendant et curieux de la société qui l’entoure, curieux d’en comprendre et d’en apprendre les règles afin d’y trouver sa place.

A l’école comme à la maison, il est important de donner des normes claires et de discuter des questions éthiques. Développer un code moral est un besoin primordial à cet âge. L’éducation doit être un vecteur de paix, écrit Maria Montessori.

Les outils de communication bienveillante sont développés au sein de l’école afin que chacun puisse apprendre à exprimer ses émotions, ses opinions dans le respect des uns et des autres.

Lors des rassemblements, « arbre à palabre » ou conseils d’enfants, les élèves apprennent à parler et à écouter. Le groupe s’organise et définit ses règles qui doivent être suivies par tous. Ces règles préparent l’enfant à la vie adulte dirigée, elle aussi, par des lois et des règles. C’est ainsi qu’il s’affirme peu à peu, travaillant à gagner son indépendance.

 

 

Le rythme de l’enfant

En arrivant le matin, les enfants sont accueillis personnellement par l’enseignant avant de se mettre au travail en autonomie. Ils peuvent choisir de s’exercer avec un matériel qui leur a été présenté, poursuivre une activité non achevée la veille observer une activité ou bénéficier d’une nouvelle présentation de matériel.

L’enseignant apporte son soutien, aide chaque enfant à trouver les nutriments nécessaires à son développement et l’encourage à progresser afin qu’il n’erre pas sans but.

Une école Montessori n’a pas de schéma préétabli, elle s’adapte au rythme de l’enfant et à ses besoins. L’élève n’a pas de pause imposée, excepté celle du midi. L’élève fait une pause quand il en ressent le besoin. Généralement les regroupements et les ateliers ont lieu en fin de matinée et l’après midi, de manière à ce que l’élève ait le temps de construire son cycle de travail.

Un cycle de travail se compose d’une phase de préparation, une phase de concentration, une phase d’achèvement et de consolidation. Pour trouver son cycle et sa méthode de travail, l’enfant doit travailler aussi longtemps que possible sans être interrompu dans son élan. C’est dans ces moments particuliers que l’on peut observer des périodes de concentration intense durant lesquelles l’enfant est réellement « absorbé » et heureux. Son travail est alors des plus profitable.

« Le premier chemin que l’enfant doit trouver est le chemin de la concentration »

Les matinées sont souvent plus propices à l’émergence de ce cycle de travail, dont la durée est généralement de 3 heures. Les après-midi, l’élève peut poursuivre ses activités du matin ou participer aux ateliers variés qui lui sont proposés : théâtre, anglais, jardinage, activités physiques, arts plastiques …

 

 

Un suivi individualisé

L’enseignant observe le travail de l’enfant afin de mieux apprécier son niveau de développement (phases de travail, concentration, interactions, collaboration avec ses camarades, utilisation du matériel…). Au moment approprié, il présente un nouveau matériel à l’enfant, apporte une aide à celui qui a besoin de son attention et s’efface devant l’enfant qui réussit seul.

A partir de ses observations et de ses échanges privilégiés avec l’enfant, l’enseignant planifie et organise le travail pour que l’enfant ait un cadre clair à l’intérieur duquel il pourra être libre.

Chaque élève dispose d’un plan de travail individuel répondant à ses besoins. Il fixe les bases et laisse une grande place aux travaux librement choisis de l’enfant. Il est donc naturel que l’apparence du plan de travail soit différent pour chaque élève. L’élève peut s’y référer librement et noter sa progression ce qui renforce son autonomie.

L'enfant comprend ainsi qu'il se développe et acquiert des connaissances en ayant accompli une série d'activités dans un domaine précis.

En visualisant sur ce plan de travail son accomplissement, l'enfant sent qu'il grandit, ce qui répond à sa nature profonde et le rend foncièrement heureux . Il n'a plus besoin de se comparer pour comprendre qu'il grandit, il le visualise par lui-même par le plan de travail qu'il remplit avec l'enseignant.

Un livret de suivi de l’élève est élaboré par l’enseignant et consultable par l’enfant et ses parents. Il donne une vue d’ensemble pouvant s’étendre sur plusieurs années afin de donner un aperçu de ce qui est proposé dans les différentes matières et qui relève des exigences du socle commun.

L’enseignant est attentif à ce que les objectifs du socle commun soient atteints en fin de cycle et prépare si besoin l’élève à la prochaine étape de sa scolarité en concertation avec ses parents.

 

 

Liberté et discipline

Liberté et discipline sont étroitement liées. L’une ne va pas sans l’autre. Cette liberté doit être bien comprise. La liberté ne s’entend que dans un cadre très précis, un environnement que les parents et l’enseignant ont la charge d’organiser pour permettre à l’enfant de s’épanouir. Cette liberté passe par la présentation à l’enfant de chaque matériel, de son utilisation adéquate, car le matériel n’est pas suffisant en lui-même.

« Il ne s’agit pas d’abandonner l’enfant à lui-même pour qu’il fasse ce qu’il voudra, mais de lui préparer un milieu où il puisse agir librement »

Lorsque cela s’avère nécessaire, l’enseignant doit intérompre tout comportement inaproprié de l’enfant, suscitant le désordre ou représentant une entrave à son développement.

Pour les enfants qui intègrent une école Montessori après 6 ans et qui n‘ont pu bénéficier d’une préparation dans une maternelle Montessori, un temps d’adaptation est nécessaire, plus ou moins long selon le parcours de l’enfant.

L’enseignant met tout en oeuvre pour découvrir « le secret » de l’enfant, pour l’aider à se révéler, souvent à reprendre confiance en lui et en l’adulte, à prendre doucement le chemin de l’autonomie et de la discipline personnelle lui permettant d’acquerrir progressivement davantage de liberté.

Le développement optimal de l’enfant est celui qui lui permet de se trouver lui-même, de se sentir à l’aise dans son environnement avec les autres enfants comme avec les adultes, de prendre ses responsabilités, de comprendre les besoins des autres et de les aider si besoin, de travailler de manière indépendante en exprimant une joie spontanée et de la curiosité. L’enfant devient capable de se contrôler, de se concentrer et de faire preuve d’autodiscipline. C’est un enfant heureux, épanoui et équilibré, c’est un enfant libre.

 

 

Le rôle des parents

Le contact entre la maison et l’école est extrêmement important. Pour soutenir au mieux leur enfant, les parents doivent nécessairement se familiariser avec la pédagogie Montessori. Une petite bibliothèque est mise à disposition des familles à cet effet. Un certain nombre de livres y sont proposés en prêt sur tous les sujets liés à la pédagogie et à la parentalité.

« Si nous voulons aider la vie, la première condition est en effet de connaître les lois qui la gouvernent »

Des formations, des ateliers de parents, des réunions d’information et de convivialité sont régulièrement proposés au sein de l’école et sont autant d’occasions de compléter ses connaissances et de partager ses découvertes.

Les parents ont une part active dans la vie et le fonctionnement de l’école et sont également invités à venir observer un temps de classe.

La sortie des classes n’étant pas un moment favorable aux échanges de qualité entre l’éducatrice et la famille, des rendez-vous individuels peuvent être programmés selon les besoins. Les informations urgentes peuvent par ailleurs être transmises par mail ou sms à l’éducatrice. L’enfant doit sentir que ses parents et l’équipe éducative suivent la même ligne de conduite et collaborent pour son bien.

 

 

 

L’éducateur Montessori

L’éducateur Montessori est curieux, observateur, passionné et exigeant avec lui-même car conscient de la responsabilité qui lui incombe. Il a suivi une formation à la pédagogie Montessori et à la communication bienveillante. Il interroge régulièrement sa pratique professionnelle et élargit ses connaissances afin d’être en mesure de soutenir le développement individuel de chaque enfant. Il est attentif au respect des rythmes et des personnalités de chacun, dans la richesse de leurs différences.

 

 

 

Le décalogue de l’éducateur selon Maria Montessori

  • Ne touchez jamais l’enfant sauf s’il vous y invite (d’une manière ou d’une autre).

  • Ne dites jamais de mal d’un enfant devant lui ou en son absence.

  • Concentrez votre effort à renforcer et à aider le développement de ce qui est positif en l’enfant.

  • Mettez toute votre énergie dans la préparation du milieu, prenez en soin régulièrement d’une façon méticuleuse. Aidez l’enfant à établir de bonnes relations avec le milieu. Montrez lui l’endroit ou le matériel se range et indiquez lui comment il doit s’en servir.

  • Soyez toujours prêt(e) à répondre à l’appel de l’enfant qui a besoin de vous, écoutez et répondez toujours à l’enfant qui a recours à vous.

  • Respectez l’enfant qui fait une erreur et qui peut, sur le moment se corriger de lui-même, mais arrêtez fermement et immédiatement tout mauvais usage du matériel et toute action qui met en danger l’enfant, son développement, ou les autres enfants.

  • Respectez l’enfant qui se repose ou observe les autres travailler, ou réfléchit à ce qu’il a fait ou fera. Ne l’appelez pas et ne le contraignez pas à une autre forme d’activité. Aidez ceux qui cherchent une activité et n’en trouvent pas.

  • Présentez inlassablement des activités à l’enfant qui les a refusées auparavant ; aidez-le sans cesse à acquérir ce qu’il n’a pas encore et à surmonter ses imperfections, faites tout ceci en animant le milieu avec soin ; en ayant volontairement une attitude réservée, en usant de mots aimables ; et en étant une présence aimante.

  • Faites que votre présence et votre disponibilité soient ressenties par l’enfant qui cherche, et demeurent cachées à celui qui a déjà trouvé.

  • Traitez toujours l’enfant avec la plus grande politesse et offrez-lui le meilleur de ce dont vous disposez.

 

 

 

Et après – passerelle avec le collège

Les enfants ayant passé plusieurs années en école Montessori, ont acquis les connaissances et les compétences nécessaires à la poursuite de leurs études. Forts de leurs expériences, ils peuvent sans conteste rejoindre le collège en classe de 6ème ou de 5ème selon les cas. Un livret de suivi de l'élève sera alors communiqué au nouveau chef d'établissement avec lequel un dialogue est engagé.

 

 

«N'élevons pas nos enfants pour le monde d'aujourd'hui, ce monde n'existera plus lorsqu'ils seront grands.
Et rien ne permet de savoir quel monde sera le leur : Alors, apprenons-leur à s'adapter.»
Maria Montessori